Et si la pollution des voitures empêchait la croissance normale du cerveau

Nous savons depuis un moment maintenant que la pollution des voitures cause des maladies comme le cancer des poumons ou l’asthme. Mais ce que l’on sait moins c’est que cette pollution aux particules fines affecte également le développement du cerveau dès le plus jeune âge.

Lire la suite Et si la pollution des voitures empêchait la croissance normale du cerveau

Je suis ancien thésard et je témoigne – 6

Pour ce 6ème témoignage, je prends le relais afin d’interviewer Laurène Save qui a soutenue sa thèse en octobre 2017 après 3 ans de formation à l’INMED. Pendant ces trois années, elle a partagé son temps entre enregistrement de neurones semilunaires et intervention dans les collèges et lycées. Aujourd’hui elle témoigne de l’expérience que lui ont apportées ces trois années à Luminy. Lire la suite Je suis ancien thésard et je témoigne – 6

De l’espoir contre l’autisme

Pendant bien longtemps, on disait aux mères des enfants autistes que c’était leur faute. Non seulement cela n’aidait en rien à soigner cette pathologie, mais en plus cela culpabilisait d’une façon injustifiée les mamans qui subissaient déjà l’évitement de leur bambin. Lire la suite De l’espoir contre l’autisme

Merci Henry !

Préféreriez-vous être suivi toute votre vie par une horde de canards ou bien d’avoir les bras en mousse ? Voici un choix qui est impossible à faire tellement les deux options sont terribles ! Alors maintenant imaginez que vous avez le choix entre avoir 10 crises d’épilepsie chaque jour ou alors tout oublier au bout de 10 min. Lire la suite Merci Henry !

Je suis ancien thésard et je témoigne – 5

Pour le 5ème numéro, voici le témoignage d’Olivia Lhomond qui a soutenu sa thèse en 2017 à Saint-Charles. Y ayant assisté personnellement, je peux dire qu’elle n’avait pas tant l’air stressée, plutôt posée et prête à démarrer. Voilà l’interview auquel elle a répondu.

Lire la suite Je suis ancien thésard et je témoigne – 5

Peut-on restaurer la conscience d’une personne dans un état végétatif ?

Jusqu’à maintenant, éveiller une personne plongée dans un état végétatif nous paraissait purement impossible. Pourtant, des médecins ont réussi cet exploit sur un patient qui avait passé 15 ans dans un état végétatif. Lire la suite Peut-on restaurer la conscience d’une personne dans un état végétatif ?

Éthique et transhumanisme

Des grottes de Lascaux à l’oculus rift, de la poterie à l’impression 3D, l’homo sapiens n’a jamais cessé d’innover. Mais jusqu’où pourra t-il aller ?

Philosophie

On entend de plus en plus parler de transhumanisme, de bio-hacker ou plus exotique : de bio-punk. Les termes peuvent paraître choquants voir effrayants pour certains d’entre nous. Cependant, lorsqu’on les met à la lumière de certains concepts, ils peuvent tout à coup incarner des idéaux concrets et atteignables par l’Homme. Rapprochons le mouvement transhumaniste du concept philosophique de sur-Homme pour illustrer cette idée.

Pour Nietzsche, tout Homme possède une volonté de puissance (une sorte de force qui le pousse à se dépasser). En accomplissant cette volonté de puissance, il se rapproche du « sur-Homme » (l’idéal en tout Homme, selon Nietzsche). En voulant être un sur-Homme, l’Homme se dépasse et pour Nietzsche c’est ce qui fais de lui un Homme.

Définissons maintenant le transhumanisme. Ce mouvement intellectuel international à pour objectif principal d’améliorer les conditions humaines par les sciences et la technologie. Le transhumanisme pourrait ainsi représenter un idéal concret et atteignable par l’Homme puisqu’en voulant dépasser sa condition d’humain par les sciences et la technologie, l’Homme tend vers un idéal tangible (que l’on peut rapprocher du concept de sur-Homme de Nietzsche).

L’éthique

Cependant, cette néo-philosophie pose certains problèmes éthiques. Car nous ne parlons pas de « l’Homme réparé » ( à rapprocher du conatus de Spinoza) mais de « l’Homme augmenté ». Tim Cannon,  pionner du transhumanisme, déclare dans une interview de 2013 accordé à Motherboard que « l’industrie médicale considère comme non-éthique le fait d’essayer de dépasser ses propres limites biologiques ». Et en y réfléchissant bien, nous sommes déjà confronté à ce problème aujourd’hui. En effet, en analysant les polémiques autours des prothèses de sportifs lors des jeux olympiques et paralympiques, il se pourrait que les prothèses en fibre de carbone conférent aux coureurs amputés un avantage sur les autres coureurs.

Mais ce n’est pas le seul problème. Il n’est pas difficile d’imaginer le danger que cela représente. Si à l’heure actuelle des singes peuvent contrôler une chaise roulante grâce à des microélectrodes dans leurs hémisphères cérébrales (Rajangam 2016, Scientific Reports) pourra-t-on hacker nos cerveaux dans les prochaines décennies? N’y a-t-il pas de limites à fixer lorsqu’il s’agit de notre intimité la plus fondamentale? Heureusement pour nous, nous sommes encore très loin de pouvoir déchiffrer les pensées précises des individus, bien que d’un point de vue clinique cela pourrait s’avérer très utile.

Conclusion

Ce futur ressemblera-t-il au paradis dont rêvent les bio-hackers ou bien à l’enfer post-apocalyptique que l’on retrouve parfois sur le grand écran ? L’avenir se construit aujourd’hui. Nous devons faire attention aux choix que nous allons faire par rapport aux technologies qui transformeront radicalement nos vies. Nous devons prendre conscience que nous avons de grandes responsabilités et que nos décisions affecteront le monde de demain.

Lire la suite Éthique et transhumanisme

Il était une fois le cerveau