Je suis ancien thésard et je témoigne – 5

Pour le 5ème numéro, voici le témoignage d’Olivia Lhomond qui a soutenu sa thèse en 2017 à Saint-Charles. Y ayant assisté personnellement, je peux dire qu’elle n’avait pas tant l’air stressée, plutôt posée et prête à démarrer. Voilà l’interview auquel elle a répondu.

Lire la suite Je suis ancien thésard et je témoigne – 5

Publicités

Éthique et transhumanisme

Des grottes de Lascaux à l’oculus rift, de la poterie à l’impression 3D, l’homo sapiens n’a jamais cessé d’innover. Mais jusqu’où pourra t-il aller ?

Philosophie

On entend de plus en plus parler de transhumanisme, de bio-hacker ou plus exotique : de bio-punk. Les termes peuvent paraître choquants voir effrayants pour certains d’entre nous. Cependant, lorsqu’on les met à la lumière de certains concepts, ils peuvent tout à coup incarner des idéaux concrets et atteignables par l’Homme. Rapprochons le mouvement transhumaniste du concept philosophique de sur-Homme pour illustrer cette idée.

Pour Nietzsche, tout Homme possède une volonté de puissance (une sorte de force qui le pousse à se dépasser). En accomplissant cette volonté de puissance, il se rapproche du « sur-Homme » (l’idéal en tout Homme, selon Nietzsche). En voulant être un sur-Homme, l’Homme se dépasse et pour Nietzsche c’est ce qui fais de lui un Homme.

Définissons maintenant le transhumanisme. Ce mouvement intellectuel international à pour objectif principal d’améliorer les conditions humaines par les sciences et la technologie. Le transhumanisme pourrait ainsi représenter un idéal concret et atteignable par l’Homme puisqu’en voulant dépasser sa condition d’humain par les sciences et la technologie, l’Homme tend vers un idéal tangible (que l’on peut rapprocher du concept de sur-Homme de Nietzsche).

L’éthique

Cependant, cette néo-philosophie pose certains problèmes éthiques. Car nous ne parlons pas de « l’Homme réparé » ( à rapprocher du conatus de Spinoza) mais de « l’Homme augmenté ». Tim Cannon,  pionner du transhumanisme, déclare dans une interview de 2013 accordé à Motherboard que « l’industrie médicale considère comme non-éthique le fait d’essayer de dépasser ses propres limites biologiques ». Et en y réfléchissant bien, nous sommes déjà confronté à ce problème aujourd’hui. En effet, en analysant les polémiques autours des prothèses de sportifs lors des jeux olympiques et paralympiques, il se pourrait que les prothèses en fibre de carbone conférent aux coureurs amputés un avantage sur les autres coureurs.

Mais ce n’est pas le seul problème. Il n’est pas difficile d’imaginer le danger que cela représente. Si à l’heure actuelle des singes peuvent contrôler une chaise roulante grâce à des microélectrodes dans leurs hémisphères cérébrales (Rajangam 2016, Scientific Reports) pourra-t-on hacker nos cerveaux dans les prochaines décennies? N’y a-t-il pas de limites à fixer lorsqu’il s’agit de notre intimité la plus fondamentale? Heureusement pour nous, nous sommes encore très loin de pouvoir déchiffrer les pensées précises des individus, bien que d’un point de vue clinique cela pourrait s’avérer très utile.

Conclusion

Ce futur ressemblera-t-il au paradis dont rêvent les bio-hackers ou bien à l’enfer post-apocalyptique que l’on retrouve parfois sur le grand écran ? L’avenir se construit aujourd’hui. Nous devons faire attention aux choix que nous allons faire par rapport aux technologies qui transformeront radicalement nos vies. Nous devons prendre conscience que nous avons de grandes responsabilités et que nos décisions affecteront le monde de demain.

Lire la suite Éthique et transhumanisme

Quand la musique rend les hommes plus attirants

Amatrices de bonne musique, bonjour ! Cet article est pour vous ! Parmi les nombreux effets que produit la musique sur notre corps (plaisir, envie de danser, détente, …etc), un effet plutôt inattendu vient d’être dévoilé par des chercheurs de l’université de Vienne. Certaines musiques rendraient le visage des hommes plus attrayant pour les femmes qu’en temps normal. Face à cette nouvelle stupéfiante et un rien frustrante (sommes-nous tous esclaves des aléas de notre cerveau?!!!), j’ai décidé de me plonger dans cette étude pour le moins originale, d’une façon un peu plus sérieuse. Lire la suite Quand la musique rend les hommes plus attirants

Ordre et durée : perception du temps – Master Série (numéro 7)

Tic-tac, l’horloge tourne et pourtant le temps te semble long.… tu surfes sur le net et tu tombes sur un article intéressant. Bizarrement, le temps s’écoule plus rapidement. Mais qui n’a jamais trouvé que certains moments passent plus lentement que d’autres ? Une soirée entre amis passe évidemment plus vite qu’une soirée passée à réviser. Cette expérience subjective que nous avons du temps s’appelle « perception du temps ». Celle-ci est issue d’informations clés provenant du monde dynamique qui nous entoure. Mais comment fait-on pour percevoir le temps ? Quelles aires cérébrales nous permettent de traiter les différentes informations temporelles présentes autour de nous ? Beaucoup de scientifiques se sont et se posent encore la question. Lire la suite Ordre et durée : perception du temps – Master Série (numéro 7)

Anatomie de la dissolution d’un cerveau – Master Série (numéro 6)

Ma première réaction quand j’ai réalisé le travail que je devrai faire pendant mon stage a été « Oh, mon dieu ! ». C’était pendant le premier jour de mon stage, et cela a duré plusieurs semaines. Il s’ agissait de ma première expérience de vrai travail de recherche. Pour mon tout nouveau projet, étant jeune étudiant, j’étais remplis d’ambitions, de la volonté de travailler bien et dur, de faire preuve d’initiatives, d’apprendre de nouvelles approches de réflexion scientifique et d’ajouter ma petite participation dans le grand ensemble des neurosciences. Lire la suite Anatomie de la dissolution d’un cerveau – Master Série (numéro 6)

D’un simple mouvement – Master Série (numéro 5)

Bloquée dans la rédaction de ton manuscrit, tu t’octroies une pause dans ta prose. Pour te consoler de cette dure journée, tu savoures une pause café. Même s’il est un peu fort, c’est ton seul réconfort. Tu regardes ta tasse et l’attrape d’une main lasse. À son contact, la paume de ta main se réchauffe légèrement. Dans le même temps, tu laisses s’envoler tes frustrations et regrets dans les volutes d’une cigarette. Coincée au bout de tes doigts, tu la regardes se consumer avant de t’en délecter. Comment as-tu réussi cela ? Lire la suite D’un simple mouvement – Master Série (numéro 5)

L’histoire de mon premier stage de M2 – Master Série (numéro 4)

L’histoire de mon premier stage de M2 commence bien avant. Elle débute au mois de juin 2016, lorsque je contacte le professeur Franck Chaillan du Laboratoire de Neurosciences Cognitives d’Aix Marseille Université, pour candidater à un stage volontaire d’été. Lire la suite L’histoire de mon premier stage de M2 – Master Série (numéro 4)

Il était une fois le cerveau